La lumière de cent milliards d’étoiles

C’est le feu, en tant qu’élément, qui m’a fait prendre un appareil photo pour la première fois en 2017. Ce hobby est devenu un passion, puis une profession. Mais je dois remercier les étoiles d’avoir inspiré mon entrée dans le monde de la création et de m’avoir poussé à partager mon travail avec le monde.

 

Avant de me lancer dans la carrière de photographe de voyage, je travaillais dans un bureau à Londres. Un monde totalement étranger à mon activité actuelle. J’aimais déjà beaucoup admirer le travail de professionnels du monde entier qui publiaient leurs images sur Internet et sur les réseaux sociaux. Un artiste photographe en particulier a inspiré mon changement de carrière : il s’agit de Mikko Lagestedt. Ses incroyables astro-paysages (des photo très grand angle de paysages sous la Voie lactée) m’ont permis de découvrir la lumière de cent milliards de soleils brillant depuis les cieux. C’est à ce moment que j’ai décidé d’acheter un appareil photo.

 

Équipé de mon fidèle Canon 1300D (un modèle très basique), je me suis rendu dans la campagne anglaise pour essayer de capturer les étoiles par moi-même. Ces images comptent parmi les premières que j’aie partagées sur mon tout nouveau compte Instagram. Quand je les regarde maintenant, je m’aperçois qu’elles étaient assez mauvaises. Mais à l’époque, j’étais ravi de pouvoir saisir ces étoiles dans tous leurs détails et de profiter des réactions de mes amis et de mes nouveaux followers.

 

J’ai par la suite essayé différents genres photographiques : portraits, mariages, paysages urbains, animaux… J’ai fini par me tourner vers la photographie de voyage. Pour autant, aujourd’hui encore, l’astrophotographie reste mon style préféré : j’adore capturer ces millions, ces milliards, de soleils qui éclairent le ciel nocturne. L’échelle de ces images m’ébahit. La lumière produite par le Soleil met 8 minutes à nous atteindre. Mais celle de ces minuscules points lumineux qui éclairent la Voie lactée est parfois vieille de 100 000 ans. La galaxie la plus proche se situe, quant à elle, à une distance de 2,5 millions d’années-lumière. Mais nous parvenons malgré tout à la capturer. Dans cette image prise en Australie, par exemple, vous pouvez voir la faible lumière d’Andromède sur la droite. Elle paraît minuscule à côté des étoiles de notre propre galaxie, la Voie lactée.

 

 

Dès que je trouve un ciel clair lors de mes voyages, je consacre une soirée à la photographie de ces feux lointains, de ces étoiles qui ont su inspiré mes débuts en photographie. J’aimerais partager certains des moments que j’ai vécus sous le ciel nocturne.

 

Voici quelques photos prises lors de mon séjour en Nouvelle-Zélande, lors d’une soirée dégagée sur un sentier du mont Taranaki. Sur celle-ci, la Voie lactée semble sortir du sommet du volcan. Cela reste l’un de mes moments photographiques préférés. Je l’ai vécu presque seul : seul un jeune couple marchait un peu derrière moi. Ils ont été très heureux de poser avec leurs lampes frontales.

 

 
 

Aurores boréales, Groenland – Les aurores boréales résultent de perturbations dans la magnétosphère engendrées par les vents solaires, lesquels sont eux-mêmes créés par l’intense chaleur de la fusion nucléaire au cœur du Soleil. Un moment magique au-dessus des igloos, à l’ouest du Groenland.

 

 

Namibie – L’un des meilleurs lieux où j’aie photographié le ciel nocturne se trouve en Namibie. Ces images ont été prises un soir, au milieu du désert, à Dead Vlei et à l’arche de Spitzkoppe. Cette région ne compte aucune grande ville et subit donc une très faible pollution lumineuse. Les ciel nocturne y est donc parfaitement clair, et la Voie lactée nettement visible. Les arbres morts de Dead Vlei m’ont offert un premier plan idéal pour capturer le scintillement des étoiles.

 

 
 

Whitepocket, États-Unis – Une soirée partiellement nuageuse, avec la Voie lactée.

 

Je me suis récemment procuré un objectif 400 mm/2,8. Je me suis donc demandé si je pouvais capturer des objets distants avec ce téléobjectif. Lors d’un récent voyage dans l’Utah, aux États-Unis, j’ai passé une nuit sous la Voie lactée. C’est là que j’ai décidé d’essayer mon nouveau jouet.

 

 

Ma cible était la nébuleuse d’Orion : une pouponnière d’étoiles massive située dans la constellation d’Orion. Les nébuleuses sont des régions où les amas de gaz, de poussière et de différents matériaux s’agglutinent pour former des zones plus denses, qui attirent elles-mêmes plus matière. Elles finissent par devenir suffisamment denses pour former des étoiles. À travers l’objectif, nous assistons littéralement à la naissance de ces géantes !

 
 

Quelques astuces pour photographier le ciel nocturne :
 

  1. Un objectif grand angle rapide (grande ouverture, 2,8 ou moins ; idéalement un 14/1,8)
  2. Un solide trépied
  3. Déclenchez pendant environ 20 secondes avec une ouverture très large, et ajustez l’ISO pour perfectionner votre exposition.
  4. Pensez à effectuer la mise au point manuellement sur les étoiles.
  5. En cas de vent, lestez votre trépied.
  6. Utilisez une carte du ciel sur votre téléphone pour repérer la Voie lactée.
  7. Pour profiter de belles images de notre galaxie, privilégiez l’été.
  8. Ne photographiez pas à proximité des villes (la pollution lumineuses est trop importante). Un déplacement en altitude peut s’avérer utile.
  9. Vous pouvez utiliser une monture à viseur d’étoile pour faire passer vos images au niveau supérieur. Celle-ci vous permettra d’utiliser une durée de plusieurs minutes sans la moindre traînée. Vous pourrez ainsi baisser vos ISO et réaliser des images extrêmement détaillées.
  10. Si vous ne disposez pas d’un grand angle, essayez d’utiliser un 35 mm ou un 50 mm en panorama, et d’empiler les images pour capturer toute la Voie lactée !
  11. L’édition de vos photos est une étape essentielle, et il est important d’utiliser un moniteur étalonné. J’aime particulièrement faire ressortir le bleu avec un peu de split toning.
  12. N’oubliez pas d’augmenter la netteté des étoiles en utilisant un masque, et d’éliminer le bruit visuel avec l’outil approprié.

 

Encore aujourd’hui, les lumières du ciel nocturne me fascinent. Peut-être un jour, dans un futur lointain, aurais-je la chance de photographier ces objets depuis l’espace !

 

Dolomites, Italie